Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur: Mot de passe:

» Voir la page de ce groupe

  • Page:
  • 1

SUJET: Le Sans Dieu de Virginie Caille-Bastide. En partenariat avec Decitre Annemasse, sujet du lundi 06 novembre 2017 + un compte-rendu + un schéma

Le Sans Dieu de Virginie Caille-Bastide. En partenariat avec Decitre Annemasse, sujet du lundi 06 novembre 2017 + un compte-rendu + un schéma il y a 2 mois 19 heures #1

  • René G.
  • ( Modérateur Global )
  • Portrait de René G.
  • En ligne
  • Modérateur
  • Des problèmes avec le site ? contactez-moi. Merci.
  • Messages: 567
  • Remerciements reçus 25
Débat autour des enjeux mis en scène dans l'ouvrage : Le Sans Dieu de Virginie Caille-Bastide.

Merci à Mélanie de l'équipe Decitre Annemasse qui nous présentera l'ouvrage.

Résumé : Hiver 1709, Arzhur de Kerloguen, modeste hobereau breton, assiste impuissant à la mort du dernier de ses sept enfants. Sa femme perd la raison et lui, les ultimes fragments de sa foi. Maudissant dieu, il décide de devenir plus cruel encore que le seigneur ne le fut avec lui.
Engagé comme pirate, il fait la rencontre d'un Jésuite, une dispute les engage jusqu'aux dernières limites de leurs convictions. Que va-t-il en ressortir ?

A nous, participants, de proposer les questions que nous suggère l'ouvrage, pour en débattre.

Procédure :
- Présentation de l'ouvrage par Mélanie (10mn maxi).
- Tour de table pour suggérer des questions
- Vote ou réorganisation des questions pour choisir celles qui retiennent l'intérêt le plus grand des participants.
- Un distributeur de la parole est nommé.
- Un modérateur ou reformulateur des enjeux qui émergent lors du débat peut se désigner.
- Dernier tour de table pour conclure, témoigner d'une impression, ou donner un avis vers 20H30.

A charge de tous les participants d'enrichir la discussion, de clarifier les enjeux.

Liens :
- Virginie Caille-Bastide - Le Sans Dieu. Vidéo de 6mn par l'auteure.
- L'avis d'une lectrice sur son blog.
- La page Facebook de Decitre Annemasse.
Autre lien
- Eléments d'approfondissement pour une méthode de débat. La DVDP de Michel Tozzi dans Diotime.
Dernière édition: il y a 1 mois 4 jours par René G..
Merci de vous enregistrer pour avoir accès à cette page, ou de contacter l'administration.

Le Sans Dieu de Virginie Caille-Bastide. En partenariat avec Decitre Annemasse, sujet du lundi 06 novembre 2017 il y a 1 mois 5 jours #2

  • René G.
  • ( Modérateur Global )
  • Portrait de René G.
  • En ligne
  • Modérateur
  • Des problèmes avec le site ? contactez-moi. Merci.
  • Messages: 567
  • Remerciements reçus 25
Compte-rendu du débat
Questions à partir de l'ouvrage : Le sans Dieu de Virginie Caille-Bastide

Une quinzaine de personnes était présente. Merci à Mélanie pour la présentation du roman "le Sang Dieu", pour la mise en évidence des enjeux philosophiques qui s’y dessinaient (une confrontation entre un jésuite et un ancien croyant, révolté contre Dieu et sa justice. Voir le message précédent dans ce forum).

Questions suggérées par les participants :

- Faut-il être croyant pour devenir/être un homme bon ?
- En quoi les représentants de Dieu (prêtres, Iman, moines, …) détiennent-ils la parole de Dieu ?
- Croire suppose-t-il d’adhérer à une religion ?
- Dieu se soucie-t-il de l’être humain ?
- Dieu est-il juste ?
- Faut-il croire envers et contre tout (maintenir sa foi en dépit de ses doutes, en dépit de la contradiction qui ressortent des textes, en dépit du malheur dans le monde, des catastrophes naturelles, etc…)

Quelques problématiques évoquées
- Il n’existe pas de culture/groupe ethnique/civilisation sans Dieu, d’un point de vue évolutionniste, croire en « l’au-delà » représente un avantage comparatif. Cet avantage, de type biologique, est-il juste au motif qu’il ait été nommé Dieu ?

- De nombreuses personnes autour de moi témoignent d’une véritable bonté (protègent les animaux, évitent de les blesser, se montrent coopératives à l'égard des autres, attentionnées, et ne sont pourtant pas croyantes). On peut donc être bon au nom d’une sensibilité, et non au nom d’une croyance.

- Qu’entend-on par « croyance » ? Par exemple, les scientifiques Hubert Reeves (astrophysicien), Trinh Xuan Thuan (astrophysicien), Yves Coppens (paléoanthropologue), et pour ne citer que ces quelques personnalités, témoignent d'un sentiment qui leur suggère l'idée qu’une intelligence serait contenue dans la beauté et la complexité de l’univers. Et rien, du point de vue logique, s’oppose à ce qu'un principe intelligent puisse être à l’origine du monde et des étoiles. D’autant plus que, pour ces croyants scientifiques, un postulat de base est proposé : cette intelligence dépasserait l’entendement humain. Dès lors, rien ne permet de nier à cette intelligence une possibilité d'exister, même si rien non plus ne permet d’affirmer son existence. Le problème reste entier : personne n'est en mesure d’en dire quoi que ce soit, sauf à se faire l'égal de Dieu.

- Témoignage : moi, je crois en l’être humain, j’ai le sentiment que le « bon » se cultive. Je me plais à cultiver le « bon » en moi. Il s’agit d’une forme de croyance performative : je crois que l’homme est bon, je cultive cette bonté, et je me donne des possibilités vertueuses d’améliorer mes relations aux autres et au monde.

- L’homme sans aucune croyance est-il seulement un calculateur rationnel, soucieux que de son unique intérêt ?

- Il ressort que la croyance ne définit pas à elle seule la valeur de l’être humain. Le croyant, comme le non croyant, est doué de sensibilité, d’autonomie, de capacité à se responsabiliser… A la croyance doivent s’ajouter l’intelligence du cœur et l’intelligence du raisonnement pour estimer si tel ou tel être humain est bon, ou pas.

- La recherche en éthologie montre que les animaux (singes, souris, chiens, et d’autres mammifères) réagissent au sentiment d’injustice (boudent une récompense s’ils s’estiment lésés par rapport à leurs compères). Ils peuvent également se porter mutuellement secours « gratuitement » c’est-à-dire par pure empathie (sans récompense à l’appui), si l’un des leurs se trouve en difficulté.
Il y a toutes raisons de penser que l’homme a créé des religions sur la base d’un besoin biologique (un réflexe d'empathie), qu’il symbolise avec beaucoup de complexité, d’art, de signification en inventant les religions.
- Les religions convenaient à des groupes ethniques, puis à des cités-états et enfin à des « nations ». Dans un monde devenu global, l’homme doit-il réinventer une cohérence, une intelligence du vivre-ensemble ?
Fondamentalement, un homme/femme peut-il/elle devenir bon s’il/elle ne s’appuie pas sur une science, sur des raisons, sur une « foi » ? Ces appuis permettraient de symboliser, de projeter une idée de la bonté, un avenir souhaitable pour l' humanité.

- La notion d'humanitude a été évoqué : C'est l'idée de rassembler et de construire une histoire de tout ce que l'humanité a fait de "bon" pour l'être humain. Ce sont « les cadeaux que les hommes se sont faits les uns aux autres depuis qu'ils ont conscience d'être, et qu'ils peuvent se faire encore en un enrichissement sans limites » Pour Albert Jacquard, 1987. ces cadeaux constituent « l'ensemble des caractéristiques dont, à bon droit, nous sommes si fiers, marcher sur deux jambes ou parler, transformer le monde ou nous interroger sur notre avenir » (Jacquard, 1987)2. En fait, « les hommes n'ont d'autres tâches que de profiter du trésor d'humanitude déjà accumulé et de continuer à l'enrichir »
Un schéma de quelques problématiques évoquées. (Cliquez ici si l'image n'est pas nette)

Sujets corrélés :
- Est-il raisonnable de croire en Dieu ? (présenté par Candice + compte-rendu)
- Dieu est-il vraiment mort ? (+ compte-rendu)
- Peut-on, faut-il juger sans punir ? (+ Compte-rendu).
- Ciné philo : Le ciel attendra. (+ compte-rendu)
- Les religions sont-elles une fuite de la réalité ? (+ compte-rendu)
- Du dogmatisme au terrorisme (Compte-rendu de Michel Tozzi)
- La liberté d'expression, oui ! Mais jusqu'où ? (Intro de Michel Tozzi)
- Peut-on fonder une morale sans Dieu ?
- Peut-on vivre sans croyance ? (+ compte-rendu)
- Enracinement et déracinement, premiers biens et premiers maux de l'être humain ? (Simone Weil) (+ compte-rendu)
- Éloge de la lucidité et spiritualité laïque, comment ça marche ? (+compte-rendu).
- De quelle laïcité parlons-nous ? (+ compte-rendu)
- Que peut-on attendre de la méditation ? (+compte-rendu)
Dernière édition: il y a 3 semaines 5 jours par René G..
Merci de vous enregistrer pour avoir accès à cette page, ou de contacter l'administration.
  • Page:
  • 1
Modérateurs: admin.cafesphilo.org

Soutenez-nous

Soutenez-nousContribuer à une citoyenneté éclairée. Soutenir les activités philosophiques.
Faire un don

En savoir plus

Nos partenaires

Nos partenairesIls nous soutiennent.
Ils s’engagent et engagent une réflexion éthique sur la citoyenneté.

En savoir plus

Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?Des personnes, des philosophes, des militants pour une pensée critique et sereine, libre mais engagée.

En savoir plus