Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur: Mot de passe:

» Voir la page de ce groupe

  • Page:
  • 1

SUJET: Que révèle le silence ? Sujet proposé pour le 10.07.2017. + compte-rendu + schéma

Que révèle le silence ? Sujet proposé pour le 10.07.2017. + compte-rendu + schéma il y a 2 mois 2 semaines #1

  • René G.
  • ( Modérateur Global )
  • Portrait de René G.
  • En ligne
  • Modérateur
  • Des problèmes avec le site ? contactez-moi. Merci.
  • Messages: 544
  • Remerciements reçus 25
Que révèle le silence ?

Dans nos villes où nous sommes assaillis par la prolifération des bruits, des médias, des portables, saturés par un flot de sonneries, de paroles, de musiques d’ambiance, le silence est devenu presque inquiétant, étrange, étranger à l’homme (…) Or tout le malheur des hommes ne vient-il pas d’une seule chose qui est de « ne savoir pas demeurer en repos dans une chambre » ? Ainsi quand l’homme se divertit, se jette au dehors de lui-même, ne fuit-il pas le silence ? Mais quel silence fuit-il au fond ? Est-ce simplement l’absence de bruits ?
Le silence semble être vécu comme un vide angoissant, comme si en faisant silence, on perdait une « plénitude », un « tout » et qu’on était alors confronté à un abîme. Si l’homme moderne a vite tendance à réduire le silence au vide, au rien, c’est justement ce soi-disant « vide » du silence qu’il nous faut interroger. Car dans ses Pensées Pascal nous dit le contraire : c’est dans le divertissement que l’homme se perd et dans le silence qu’il se trouve – au silence revient une épaisseur d’être, une valeur ontologique. Or par ce silence, Pascal n’évoque pas quelque chose d’extérieur à l’homme mais une réalité qui serait constitutive de son être spirituel. Quelle est donc cette réalité du silence ? Peut-on seulement la nommer ?
Implications philosophiques, extrait de Isabelle Raviolo – Docteur en philosophie et théologie

On en parle lors de notre prochain débat :
- Epaisseur et qualité du silence, comment le penser, que dit-il de nous, comment s’appréhende-t-il ?
- Comment ne pas s’y retrouver englué ? Est-il un passage obligé, nécessaire, une porte à franchir, un seuil à respecter ?
- Quelle place donner au silence ?

Quelques citations
- J'ai fait l'embarrassé. Un silence s'est installé. Dans ces cas-là, pour faire diversion, elle parle de son travail, comme tous ceux qui n'ont rien à dire.
Robe de marie - Pierre Lemaitre

- Deux mille cinq cents survivants sur soixante-dix-huit mille juifs français déportés. Il n'y a que la Shoah. L'atmosphère du crématoire, fumée et puanteur, de Birkenau. Je ne l'oublierai jamais. Là-bas, dans les plaines allemandes, s'étendent désormais des espaces dénudés sur lesquels règne le silence ; c'est le poids effrayant du vide que l'oubli n'a pas le droit de combler et que la mémoire des vivants habitera toujours.
Une Vie - Simone Veil

- Je suis seul et cela me va. Je peux ne pas parler, me taire des heures et des jours. Je peux ne pas sortir. Rester porte et fenêtres closes avec un livre, ou rien. Je n'ai pas peur du silence. Ni de ma respiration. Je n'attends rien.
La legende de nos peres - Sorj Chalandon

- J'écrivais des silences, des nuits, je notais l'inexprimable. Je fixais des vertiges.
Une saison en enfer. Arthur Rimbaud

- N'est-ce pas le silence qui détermine et qui fixe la saveur de l'amour ? S'il était privé du silence l'amour n'aurait ni goût ni parfums éternels. Qui de nous n'a connu ces minutes muettes qui séparaient les lèvres pour réunir les âmes ?
Le trésor des humbles. Maurice Maeterlinck

- Les Mots sont le parfum du Silence et le Silence est le parfum de l'Origine.
Le rêve n'est pas ce qui manque - Elie Delamare-Debouteville

Ressources
- Implications philosophiques, extrait de Isabelle Raviolo – Docteur en philosophie et théologie
- Silence et philosophie. Jean-Luc Solère. Revue Philosophique de Louvain.
- Le silence a-t-il une histoire ? Adèle Van Reth. France Culture.
- Blanchot, l’impossible silence. Adèle Van Reth. France Culture.
- Le silence. Maurice Maeterlinck. Extrait du blog. Mémoire du vent.
- Silence et philosophie. Pour une idée du neutre non nihiliste. Claude Stéphane PERRIN
- Silence. Le film de Martin Scorsese. La critique du journal La Croix.
- In pursuit of silence. Le film, extrait ici.
Dernière édition: il y a 2 mois 1 semaine par René G..
Merci de vous enregistrer pour avoir accès à cette page, ou de contacter l'administration.

Que révèle le silence ? Sujet proposé pour le 10.07.2017 il y a 2 mois 1 semaine #2

  • René G.
  • ( Modérateur Global )
  • Portrait de René G.
  • En ligne
  • Modérateur
  • Des problèmes avec le site ? contactez-moi. Merci.
  • Messages: 544
  • Remerciements reçus 25
Compte-rendu du débat : que révèle le silence ?

Ambiance :
Une quinzaine de personnes participait au débat. 3 d’entre elles étaient nouvelles.
Bien qu’on recherchait les enjeux que nous posait la question du « silence » (raisons, causes, conséquences, buts, typologies, contextes), les interventions se succédaient et dessinaient un panorama de différents silences.

"L'absence de son n'est pas une absence de sens" a dit Corinne qui relevait deux raisons fondamentales de craindre le silence : le silence du nouveau-né (avant le premier cri) et qui peut laisser penser à l'absence de vie ; et le silence de la personne qui s'éteint, lequel nous confronte à notre finitude. Entre ces deux silences, premier et dernier, il y a un contexte qui encadre le silence (gène, ignorance, refoulement, interdit, habitude, peur, étonnement, incertitude, manque de confiance,...) si bien que le silence ne révèle son sens qu'en rapport à ce qui le cause, et en rapport à ce sur quoi il débouche.

Le silence est un entre-deux, un suspens, une attente, un état intermédiaire, un carrefour,…

S'il apparait qu'il faut savoir faire taire le bruit (autour de nous et en nous) pour mieux entendre, il ressort qu’une intention entoure le silence.

Se pose alors la question : notre intention, en tant que telle, est-elle encore un bruit intérieur (un murmure psychologique, un désir inconscient, une espérance) qui sourdre quelques secrets ?

Notre intention peut-elle écouter le silence ? Le silence dit-il quelque chose, ou n’est-il qu’un mythe ? Serait-il toujours l’anti chambre d’un inattendu qu’il faut avoir soin d'accueillir, de laisser poindre ? 

Il n'y aurait, fondamentalement parlant, aucun silence nulle part (le nouveau-né entend les bruits de son corps ; dans la nature, il n'y a jamais de silence ; tandis que dans l'espace, on entend l'écho radio du big bang). Le silence serait donc un espace-temps intérieur qu'il faut savoir s'octroyer dans le fracas du monde. Il s’agirait de tendre l’oreille à ce que nous ne savons pas encore entendre. Il s’agirait de dépasser les routines de circuits de penser dans lesquels, notre cerveau, par habitude ou par inertie, se plait à reprendre sans arrêt.

Pour que le silence ne se réduise pas seulement au produit de notre "intention", faut-il, par ailleurs, éduquer notre attention, notre "oreille" à d'autres ailleurs, vers des terres inconnues ?). Ou est-ce vraiment de nos moments de silence qu'émergera l'inattendu ?


Sujet corrélé :
- Que peut-on attendre de la méditation ? (+ compte-rendu)
Dernière édition: il y a 2 mois 6 jours par admin.cafesphilo.org.
Merci de vous enregistrer pour avoir accès à cette page, ou de contacter l'administration.
  • Page:
  • 1
Modérateurs: admin.cafesphilo.org

Soutenez-nous

Soutenez-nousContribuer à une citoyenneté éclairée. Soutenir les activités philosophiques.
Faire un don

En savoir plus

Nos partenaires

Nos partenairesIls nous soutiennent.
Ils s’engagent et engagent une réflexion éthique sur la citoyenneté.

En savoir plus

Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?Des personnes, des philosophes, des militants pour une pensée critique et sereine, libre mais engagée.

En savoir plus