Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur: Mot de passe:

» Voir la page de ce groupe

  • Page:
  • 1

SUJET: Ecosophie, ou l'écologie profonde : le souci pour l'environnement est-il une question de sagesse ? Sujet du lundi 19.06.2017

Ecosophie, ou l'écologie profonde : le souci pour l'environnement est-il une question de sagesse ? Sujet du lundi 19.06.2017 il y a 5 mois 3 semaines #1

  • René G.
  • ( Modérateur Global )
  • Portrait de René G.
  • Hors ligne
  • Modérateur
  • Des problèmes avec le site ? contactez-moi. Merci.
  • Messages: 567
  • Remerciements reçus 25
Ecosophie, ou l'écologie profonde : le souci pour l'environnement est-il une question de sagesse ?

La question de l'environnement relèverait, selon Arne Naess, d'une philosophie, d'une écosophie (écologie profonde), et non de simples ajustements politiques et environnementaux.

Extrait : le problème de la crise environnementale a pour origine le fait que les êtres humains n’ont pas encore pris conscience du potentiel qu’ils ont de vivre des expériences variées dans et de la nature » (p. 54, souligné par l’auteur). Tant que l’homme se percevra comme disjoint de la nature, alors il continuera à la détruire sans s’apercevoir qu’il se détruit lui-même. Nous détruisons la nature parce que nous nous vivons mal. Se vivre bien exige de (re)découvrir notre lien avec la nature, ce qui peut être accompli en approfondissant notre Soi. Lorsque nous descendons en nous, au-delà des habitudes et des cadres théoriques hérités, alors nous comprenons qu’être bien implique que la nature soit bien, qu’elle puisse aussi s’épanouir – et nous en elle. Ce n’est qu’à partir de là que nous pouvons trouver des repères pour agir de manière « écologique ». Telle est la démarche de « l’écosophie », en regard de laquelle, estime Naess, toute autre démarche écologiste ne peut être que « superficielle » (shallow). L’écologie superficielle s’en prend aux effets externes de la crise car elle ne se rend pas compte que la raison profonde de la crise réside avant tout en nous-mêmes. L’écologie superficielle est donc un discours théorique sans conséquence, sans effet performatif ; elle énonce des règles éthiques et annonce le désastre, mais elle ne l’empêche pas de se produire.
Arne Naess et l’écologie politique de nos communautés. par Fabrice Flipo 

Ce sera donc la question de départ de notre prochain débat, la transition écologique (programme politique) doit-elle céder la place à une écosophie, une sagesse, laquelle redéfinit les rapports entre l'homme et son environnement ?

Les 8 grandes propositions de l'écologie profonde :
1 - l'épanouissement de la vie humaine et non humaine sur Terre a une valeur intrinsèque. La valeur des formes de vie (Naess étend ce terme au "non vivant" au sens biologique, c'est à dire les rivières et les paysages) non humaine est indépendante de l'utilité qu'elles peuvent avoir pour l'homme ;
2 - la richesse (ce mot doit être compris comme l'abondance ou encore la taille des populations des espèces animales et végétales) et la diversité des formes de vie ont une valeur en soi et contribuent à l'épanouissement de la vie humaine et non humaine sur Terre ;
3 - l'homme n'a pas le droit de réduire la richesse et la diversité sauf pour satisfaire ses besoins vitaux (le terme "besoin vital" est assez vague car il dépend du contexte sociétal. Naess a conscience de la formulation un peu forte de cette proposition mais il l'a fait sciemment face aux multiples droits que l'homme s'est arrogé et qu'il juge irrresponsables sur le plan écologique) ;
4 - les interventions humaines actuelles dans le monde non humain sont excessives et la situation se détériore rapidement (Naess estime que réduire les interventions humaines dans la nature ne signifie pas que l'homme ne modifiera plus les écosystèmes et les autres espèces vivantes ; mais pour autant il appelle à la préservation de zones de nature sauvage suffisamment vastes pour permettre les phénomènes évolutifs de spéciation) ;
5 - l'épanouissement de la vie et des cultures humaines est compatible avec une substantielle diminution de la population humaine. L'épanouissement de la vie non humaine nécessite une telle diminution (Naess a conscience que la limitation de la population prendra du temps mais que des stratégies intermédiaires doivent être développées, car plus on attend et plus les mesures à prendre plus tard seront drastiques) ;
6 - une amélioration significative des conditions de vie demande des changements politiques. Ces changements modifieront de façon fondamentale l'économie ainsi que les structures technologiques et idéologiques (Naess critique la croissance économique qui ne prend en compte que les valeurs marchandes et pas ce qui est du ressort du qualitatif, en particulier les valeurs écologiques. Il considère également que la diversité culturelle a besoin de technologies avancées et appropriées) ;
7 - le changement idéologique principal concerne l'appréciation de la qualité de vie (vivre dans des situations de valeur intrinsèque) plutôt que de vouloir un haut niveau de vie. Il devra y avoir une profonde prise de conscience sur la différence entre gros (big) et grand (great). (Naess sait que les économistes critiquent cette notion de qualité de vie parce qu'elle n'entre pas dans le champ de l'économie marchande) ;
9 - ceux qui souscrivent aux points précédents sont dans l'obligation de participer directement ou indirectement à la mise en oeuvre des changements nécessaires.

Références et ressources
- L'écologie dans la joie. Revue Nonfiction. Fanny Verrax (philosophe).
- Arne Naess et l’écologie politique de nos communautés. . Fabric Flipo dans Revue Cairn
- L'écologie profonde est-elle un humanisme ? Baptiste Lanaspèze.
- Qui a peur de l'écologie profonde ?Hicham-Stéphane Afeissa, philosophe dans Nonfiction.
- Entretien avec Arne Naess. David Rothenberg. Article de Biosphère.
- Lecture critique du libre d'Arne Naess. François Chomarat (philosophe).
- Arne Naess, l'essaie du jour. France Culture.
- La vie en vert de Vandana Shiva. Invité de la Grande Table. France Culture.
- Une écosophie pour la vie" d' Arne Naess. 3mn papillon. France Culture.
- Vidéo in English : L'appel de la montagne. Arne Naess.
Dernière édition: il y a 5 mois 3 semaines par René G..
Merci de vous enregistrer pour avoir accès à cette page, ou de contacter l'administration.
  • Page:
  • 1
Modérateurs: admin.cafesphilo.org

Soutenez-nous

Soutenez-nousContribuer à une citoyenneté éclairée. Soutenir les activités philosophiques.
Faire un don

En savoir plus

Nos partenaires

Nos partenairesIls nous soutiennent.
Ils s’engagent et engagent une réflexion éthique sur la citoyenneté.

En savoir plus

Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?Des personnes, des philosophes, des militants pour une pensée critique et sereine, libre mais engagée.

En savoir plus