La question de la « post-vérité » Comment peut-on être radicalement indifférent face à un fait objectif ?

Votre réponse

Irez-vous à cet événement ?


Rafraichir la page après avoir défini votre choix

Options d'événement

Invités confirmés

Carte de localisation

Chargement de la carte...
Place de l'Hôtel de Ville, 74100 Annemasse, France
La question de la « post-vérité » Comment peut-on être radicalement indifférent face à un fait objectif ?
Merci à Marie-Thérèse pour la présentation de ce sujet : 

La question de la « post-vérité »
Comment peut-on être radicalement indifférent face à un fait objectif ?

L’expression « post-vérité » est entrée en 2016 dans le « Dictionnaire britannique d’Oxford » . Elle a été utilisée une première fois en 2004 par un auteur américain (Ralph Keys) puis a fait son chemin …
Les adeptes de ce nouveau vocable, qui s’en servent à des fins personnelles, politiques, etc… refusent de soumettre leurs arguments à des faits avérés. Ils se tiennent au delà du vrai et du faux . Ils ne se soucient en aucune façon de l’examen d’un fait, de la recherche de preuves, de leur vérification. Le vrai et le faux tombent dans une sorte d’indifférenciation.

Pourquoi « post-vérité » ? Il semble qu’après un long cheminement de la démarche rationnelle et de la pensée critique, il y aurait actuellement une terrible régression : on se servirait d’une vérité « post-âge de raison ».
Il y a eu de tout temps de fausses informations, des rumeurs qui circulaient, mais ce qui est nouveau, est que les gens qui se savent bernés n’en sont ni honteux ni gênés. Ainsi les contre-vérités de Trump, faciles à mettre à jour, les mensonges sur le Brexit, les affirmations quant aux millions d’économies qui iraient aux Services de Santé anglais inondent encore impunément les réseaux sociaux… Une vérité ne pourrait être qu’une représentation, une construction sociale.
Selon la rédactrice en chef du « Guardian » Katherine Viner, il n’a jamais été aussi facile de publier des informations mensongères, immédiatement reprises , et qui passent pour des vérités.
Le concept de « post-vérité » est aussi lié à la théorie du complot, car celle-ci ne se prête pas à la réfutation. Selon le politologue et philosophe Pierre-André Taguieff,  « l’imaginaire du complot est insatiable, et la thèse du complot irréfutable ».
Si l’on en croit Gérald Bronner, spécialiste de la théorie du complot, les politiques font souvent appel à l’émotion, et « l’émotion n’est pas la meilleure amie de la vérité ». « Il s’agit de gagner la bataille de l’attention et de la conviction en privilégiant l’outrance … et notre cerveau a tendance à être attiré par le pire, plutôt que par le meilleur ». (La démocratie des crédules, 2013)

Quelques questions :
1. Comment se fait-il que la vérité soit autant discréditée ?
2. La vérité est-elle subordonnée à ce que l’on croit être « le bien » ?
3. Notre rapport aux faits est-il réellement ébranlé ?
4. Qu’en est-il d’une vérité « alternative » ? *1)
5. Pourquoi est-il si difficile de faire confiance aux « instances de vérité » * (chercheurs, scientifiques, universités, journalistes reconnus pour leur intégrité …)

*Ainsi nommées par Pierre-Martin Lamon, professeur de philosophie, dans « Le Temps » du 17 février 2017 .
*1) Ainsi la polémique autour de la taille de la foule et de l’état de la météo lors de l’investiture de
Donald Trump. A cette occasion, son directeur de cabinet a revendiqué le droit d’être en
désaccord avec les faits : « La question n’est pas la taille de la foule, mais les tentatives de
délégitimer le président dès le premier jour. »

Liens : 
La post-vérité, nouvelle grille de lecture du politique. Le Temps.
- Trump, de la post-vérité à la Realpolituk. Le Monde.
Ere post-vérité – Wikipédia
La post-vérité. France-Culture
Pourquoi la vérité nous importe si peu. Une chronique de Xavier de la Porte.

Soutenez-nous

Soutenez-nousContribuer à une citoyenneté éclairée. Soutenir les activités philosophiques.
Faire un don

En savoir plus

Nos partenaires

Nos partenairesIls nous soutiennent.
Ils s’engagent et engagent une réflexion éthique sur la citoyenneté.

En savoir plus

Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?Des personnes, des philosophes, des militants pour une pensée critique et sereine, libre mais engagée.

En savoir plus